28 décembre 2021 Par admin

Les yearlings: pigeons d’un an

Certains colombophiles affirment épargner leurs pigeons d’un an ( Les yearlings) pour l’avenir. Qu’en est-il exactement? Quelle est la signification réelle du terme épargner?



Fréquemment les colombophiles considèrent que les yearlings sont « épargnés » s’ils sont joués sur des distances de 200 à 300 km alors que les engager pour Narbonne (850 km) signifie « les brûler ». Pourtant nous ne sommes pas d’accord avec cette théorie. L’opposé peut dans certains cas être vrai. Pour illusrer ceci il suffit de comparer deux programmes de vol pour les yearlings. A « l’Indépendante » de Liège, les concours pour yearlings débutent fin avril, par un vol d’une portée de 100 km et se termine à la mi-juillet par Orléans (400 km). Durant cette période couvrant à peine 3 mois, une douzaine de concours dont les distances augmentent progressivement sont organisés. Deux ou trois semaines après le concours sur Orléans, il est encore possible de les engager respectivement sur Argenton (550 km) ou sur Narbonne (850 km). A première vue le programme jusque et y compris l’Orléans ne semble pas trop dur. Certains affirment même que les pigeons d’un an qui ont participé à un tel programme ont été épargnés. Nous ne sommes cependant pas d’accord avec cela. Un pigeon qui est engagé 12 dimanches successifs doit « encaisser » pendant la saison sa dose de stress et c’est plutôt ce stress qui fatigue que les distances parcourues. D’autant plus que très peu de colombophiles sonnent un week-end de repos si les pigeons ne sont pas en forme. Chaque semaine, ils sont engagés et s’ils ne viennent pas bien alors ils sont enlogés pour port bien qu’il serait préférable de les tenir au pigeonnier. Si l’on veut épargner ses yearlings, il est préférable de les jouer tous les quinze jours. La distance ne joue pas dans ce cas, un rôle aussi important qu’on le pense. Nous donnons ci-dessous quelques raisons pour n’engager les yearlings (en particulier les futurs pigeons de fond) que tous les quinze jours.
Premièrement, un pigeon qui n’est pas en forme, a la possibilité de recouvrer cette dernière plus facilement en voyageant tous les quinze jours. Un tel pigeon (et il y en a beaucoup en début de saison), lorsqu’il est engagé chaque semaine, a besoin de plusieurs semaines avant d’être en condition. Et pendant les semaines pour lesquelles il n’est pas en forme, on peut parler de « vol éreintant ».
Deuxièmement, il est possible de former deux équipes qui sont engagées alternativement tous les quinze jours. Il faut noter que cette façon de procéder diminue de moitié les risques de pertes lors des « catastrophes ».
La troisième raison est propre aux pigeons de fond. Puisque de tels pigeons sont destinés à des vols de 700 km et plus, cela a finalement peu de sens de les engager toutes les semaines. Pourquoi leur imposer toutes les semaines un tel stress? Les beaux concours sont seulement programmés lorsqu’ils seront âgés de deux ans.
La quatrième raison est également spécifique aux pigeons de fond et surtout à leur sélection comme yearlings. Sélectionner les pigeons de fond comme yearlings sur des concours de 100 à 400 km a à notre avis peu de sens et comporte un certain nombre de dangers. Si l’on veut sélectionner les pigeons de fond à l’âge d’un an, alors il faut au moins leur donner une chance sur 2 ou 3 concours d’une portée de 500 km. Par contre si de tels vols sont effectués après une série ininterrompue de 12 concours, il ne nous semble pas possible de pouvoir tirer des conclusions valables des résultats. De tels pigeons ont déjà tiré leurs meilleures flèches. Cinq concours à quinze jours d’intervalle jusque ±300 km suivis de 2 à 3 concours de 500 km ou plus, nous semble mieux indiqué. Pour un pigeon d’un an reposé, même un Narbonne (850 km) n’est pas dangereux.



Les conditions (comme d’ailleurs pour tous les concours) sont la santé et la forme. Ici nous devons faire remarquer que tout ce qui précède est surtout vrai pour les pigeons de fond. Pour les pigeons de demi-fond et de vitesse, il faut constater qu’il n’est plus « à la mode » actuellement de les épargner et que les concours de vitesse pour pigeonneaux et pigeons d’un an sont beaucoup plus attrayants que ceux pour vieux pigeons. C’est en effet un fait que beaucoup de spécialistes de vitesse jouent leurs pigeons jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans et qu’ensuite les meilleurs éléments sont placés au pigeonnier d’élevage.
Si l’on veut cependant épargner certains pigeons pour les jouer comme vieux, il est préférable d’être plus prudent avec les pigeons d’un an qu’avec les jeunes de l’année.
Voler pour les pigeonneaux est facile et est souvent un jeu. En rapport avec cela, le champion Raymond Cobut d’Anderlues nous a confié lors d’un entretien: « Certains spécialistes de vitesse et de demi-fond remportent des succès dans les concours nationaux de fond (±500 à 600 km) pour pigeonneaux. Cela ne veut pourtant pas dire que ces colombophiles possèdent des pigeons de fond. Non, un jeune pigeon vole facilement. Les pigeons de ces spécialistes de vitesse et de demi-fond (même s’ils ont été épargnés) ne sont pas capables de voler plus de 600 km à l’âge d’un an ou plus ». Les mots de Raymond Cobut sont significatifs. Un pigeonneau ne peut pas être aussi facilement « brûlé ». Si l’on veut jouer de tels pigeons avec succès comme vieux, alors il faut absolument les épargner à l’âge d’un an.
Dans cet article nous avons essayé d’approfondir le jeu avec les pigeons d’un an. Chacun doit décider s’il épargnera oui ou non ses yearlings. Chaque type de jeu a en effet son charme. Un choix doit être fait. Soit choisir le rendement immédiat, soit investir dans l’avenir.
Cela n’empêche pas qu’une poignée de pigeons pourront voler avec succès depuis l’année de leur naissance jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans… On parle de ces pigeons toute sa vie. Ce sont les exceptions qui confirment la règle.

Patrick Philippens


  1. Il est préférable de donner un semaine de repos à un pigeon qui n’est pas en forme.
  2. Les jeunes pigeons volent facilement. C’est souvent un jeu pour eux.
  3. Soit choisir le rendement immédiat soit investir dans l’avenir.
  4. Un pigeon qui à été engagé douze dimanches consécutifs, a reçu sa part de stress pendant la saison. Pour le pigeon, ce stress est souvent plus fatiguant que la distance parcourue. Si l’on désire épargner ses yearlings, il est préférable de les jouer toutes les deux semaines.
  5. Sélectionner les pigeons de fond à l’âge d’un an sur des concours de 100 à 400 km n’a à notre avis aucun sens et comporte certains dangers. Pour sélectionner les pigeons de fond à l’âge d’un an sur le palmarès, il faut au moins leur donner une chance sur 2 à 3 concours d’une portée de 500 km.

[ Source: Article édité par M. Patrick Philippens – Revue PIGEON RIT ]

Pour vous abonner au Magazine PIGEON RIT – Cliquez sur le bouton ci-dessous !

pigeon rit banner


ping gauche - pigeonEntre l’espoir et la crainte – pigeon voyageur

ping gauche - pigeonLe système Dr. Bricoux pour les pigeons